Catégories
Allergies

Les allergies respiratoires, ce que c’est, les diagnostiquer, les traiter

Les maladies allergiques sont un problème de santé très courant, en particulier les allergies respiratoires et alimentaires. On estime qu’elles touchent 25 à 30 % de la population européenne et commencent souvent pendant l’enfance. En général, on observe une prédisposition familiale à ces maladies.

Qu’est-ce qu’une allergie respiratoire ?

Les maladies allergiques sont dues à une réponse anormale du système de défense immunitaire contre des substances présentes dans l’air (environnement), dans les aliments ou dans certains matériaux et qui sont inoffensives pour la plupart des gens. Ces substances qui déclenchent la réponse allergique sont appelées allergènes.

Les allergènes environnementaux les plus pertinents varient d’une région géographique à l’autre. En Espagne et en Catalogne, les plus importants sont les acariens de la poussière de maison, les pollens et les champignons. Certains de ces allergènes sont présents dans l’environnement toute l’année (comme les acariens) et d’autres, seulement à certaines périodes, comme les pollens, sont typiques du printemps. Parmi les pollens, nous pouvons mettre en évidence les herbes, les bananiers, les oliviers, les pariétaires et les cyprès. L’épithélium animal (chien, chat) peut être pertinent chez les enfants qui y sont exposés.

Symptômes d’une allergie respiratoire

Les allergènes environnementaux déclenchent une inflammation des voies respiratoires des personnes qui y sont allergiques, ce qui est responsable des symptômes. Cette inflammation peut affecter une ou plusieurs des parties du corps suivantes, entraînant les différentes manifestations de l’allergie respiratoire :

allergie-respiratoire
  • Nez (rhinite allergique), produisant une congestion, des éternuements, des démangeaisons qui vous obligent à toucher ou à frotter votre nez, du mucus clair ou du  » type d’eau « . Cela peut s’accompagner de démangeaisons de la gorge et/ou des oreilles.
  • Yeux (conjonctivite allergique), produisant des démangeaisons, des rougeurs, des larmoiements et éventuellement un gonflement des paupières.
  • Bronchique (asthme allergique), produisant des symptômes d’étouffement, de difficulté à respirer, de  » respiration sifflante  » ou de serrement de poitrine.

L’intensité, la fréquence et la durée des symptômes d’allergie respiratoire varient beaucoup d’une personne à l’autre, des cas très légers aux cas graves. Lorsque les symptômes sont graves, la qualité de vie est affectée, ce qui nuit aux résultats scolaires et aux activités de loisir comme le jeu ou le sport.

C’est pourquoi il est important de reconnaître les symptômes afin de lancer une étude menant à un diagnostic causal, c’est-à-dire de découvrir quel allergène environnemental déclenche les symptômes. Cela permettra d’appliquer le traitement approprié. Le pédiatre de premier recours et l’allergologue pédiatrique devraient participer à ce processus.

Diagnostic d’allergie

Pour un enfant présentant des symptômes évoquant une allergie respiratoire, des tests cutanés allergologiques (appelés  » prick test « ) ou des analyses sanguines sont recommandés. Ces tests mesurent si l’enfant produit de l’immunoglobuline E (IgE, l’anticorps responsable de la réaction allergique) contre une gamme d’allergènes environnementaux. Les tests, toujours en combinaison avec les informations fournies par la famille, visent à déterminer quel allergène environnemental produit les symptômes.

Il est important de noter qu’un résultat de test positif n’indique pas nécessairement que l’enfant présente des symptômes dus à cet allergène. Il est donc essentiel de faire appel à l’allergologue pédiatrique, qui fait une interprétation individualisée des résultats. Pour ce faire, il est très important de savoir quand chaque enfant a des symptômes, c’est-à-dire s’il a des symptômes tout au long de l’année ou seulement (ou surtout) à un moment donné. Puisque chaque allergène a un profil saisonnier légèrement différent, cette information aidera à identifier l’allergène environnemental qui cause le problème.

Traitement d’une allergie respiratoire

Les objectifs du traitement des allergies respiratoires sont de minimiser les symptômes et leur impact sur la qualité de vie, de maintenir une fonction respiratoire normale et de prévenir la progression de la maladie vers des formes plus graves. Les traitements disponibles sont efficaces et reposent sur trois composantes complémentaires, qui sont détaillées ci-dessous. Le traitement, qui devrait être recommandé par le médecin, devrait toujours être fourni en fonction de l’intensité, de la fréquence et de la durée des symptômes dans chaque cas.

Éviter l’allergène causal

Il repose sur le principe que moins l’enfant est exposé à l’allergène, moins la réponse inflammatoire générée par son système immunitaire est intense. Les recommandations pour l’évitement des allergènes dépendent de l’allergène traité. Ainsi, pour les acariens, cela implique une série de mesures de nettoyage à l’intérieur de la maison. Pour les pollens, il s’agit de connaître les périodes de forte concentration du pollen en cause afin, à ce moment, de réduire au maximum le temps passé à l’extérieur, ainsi que d’ouvrir les fenêtres de la maison (ce qui doit être fait de préférence le soir) ou de la voiture.

Les substances environnementales irritantes comme le tabac ou la pollution doivent également être évitées autant que possible. Les enfants souffrant d’allergies respiratoires ne doivent pas fumer dans la maison ou la voiture, même en leur absence. La pollution environnementale, en plus de modifier la composition de certains pollens et de contribuer à les rendre plus agressifs ou allergènes, peut endommager les voies respiratoires et accentuer les dommages causés par l’inflammation allergique.

Médicaments anti allergiques

Dans l’ensemble, les médicaments sont destinés à arrêter l’inflammation allergique et à calmer les symptômes. En cas de rhinite ou de conjonctivite, il est recommandé d’utiliser des antihistaminiques non sédatifs (non somnolents) par voie orale (sous forme de sirop ou de comprimés) ou sous forme de vaporisateur nasal ou de gouttes ophtalmiques. En cas de rhinite grave, il est recommandé d’utiliser des corticostéroïdes nasaux tels que la mométasone ou la fluticasone.

Ces traitements sont très sûrs et peuvent être maintenus pendant des semaines ou des mois si l’enfant présente des symptômes prolongés. Pour les symptômes de l’asthme, on recommande d’utiliser des bronchodilatateurs en inhalation (salbutamol) pour le soulagement des symptômes et, au besoin, des stéroïdes en inhalation comme traitement anti-inflammatoire d’entretien. Il n’est pas nécessaire de connaître l’allergène causal pour commencer un traitement symptomatique avec des médicaments. Ils n’agissent que pendant leur prise et ne modifient pas l’évolution de la maladie.

Immunothérapie allergène spécifique

Il s’agit d’un type spécial de vaccin qui est administré pendant 3 à 5 ans par voie sous-cutanée (en  » injection « ) ou sublinguale (en gouttes). Ils sont destinés à modifier le type de réponse immunitaire à l’allergène et ainsi réduire les symptômes et le besoin de médicaments pendant et après l’immunothérapie.

Il est recommandé aux enfants qui présentent des symptômes graves causés par un allergène particulier ou aux enfants qui ont besoin d’une médication à long terme pour contrôler leurs symptômes.

Les principales pathologies due à une allergie respiratoire

Rhinite allergique

La rhinite allergique est une maladie inflammatoire de la muqueuse nasale induite par une réponse immunitaire (par hypersensibilité) suite à l’exposition à un allergène sur les membranes qui tapissent les voies nasales. Les symptômes typiques sont : nez qui gratte, éternuements, mucus généralement aqueux et congestion ou congestion nasale. Les allergènes qui causent le plus souvent la rhinite allergique sont les pollens, les champignons, les acariens et les animaux domestiques (chiens et chats).

Le plus souvent, elle s’accompagne d’une conjonctivite, c’est-à-dire d’une inflammation de la membrane qui recouvre l’œil et l’intérieur des paupières et qui se manifeste par des symptômes tels que des démangeaisons, des rougeurs et des larmoiements. C’est ce qu’on appelle la rhinoconjonctivite allergique.

La rhinoconjonctivite allergique est classée selon différents points de vue. Sous une forme simplifiée, il peut être classé comme saisonnier (généralement causé par une allergie au pollen) ou pérenne (par les acariens et les animaux de compagnie, entre autres agents). Elle doit être distinguée des autres formes fréquentes de rhinite, comme la rhinite infectieuse ou catarrhale, qui sont généralement causées par différents types de virus. À l’occasion, la rhinite allergique peut se compliquer ou se superposer à un processus infectieux affectant les sinus (rhinosinusite).

Le diagnostic de l’allergie à l’origine de la rhinite est confirmé par des tests cutanés (voir les procédures de diagnostic). Le traitement consiste, outre à éviter autant que possible sa cause, à soulager les symptômes au moyen de différents types de médicaments que le médecin prescrit en fonction de la nature des symptômes. L’immunothérapie avec des vaccins antiallergiques peut réduire considérablement les symptômes (voir les procédures thérapeutiques).

Asthme allergique

L’asthme est une maladie respiratoire chronique caractérisée principalement par une inflammation des bronches, qui souffrent d’un rétrécissement de leur calibre provoquant les symptômes typiques de la maladie : toux, essoufflement, sifflement dans la poitrine et oppression thoracique. Ces symptômes peuvent varier en fréquence et en intensité.

inhalateur-asthmeParfois, l’asthme peut traverser des périodes d’aggravation intense (crises d’asthme), qui sont liées à l’exposition à des agents produisant des allergies (asthme allergique). Dans d’autres cas, les crises peuvent être directement dues à l’exercice physique, aux infections respiratoires ou à certains médicaments tels que les anti-inflammatoires comme l’aspirine.

Les allergènes liés à l’asthme allergique sont les mêmes que ceux qui causent la rhinite. Le diagnostic de l’allergie responsable de l’asthme est établi au moyen de tests cutanés avec les éventuels allergènes responsables, qui seront indiqués par l’allergologue en fonction de l’histoire de la maladie (voir les procédures de diagnostic).

Le traitement approprié de l’asthme allergique consiste d’abord à éviter l’exposition aux allergènes responsables. L’utilisation de médicaments est toujours nécessaire pour contrôler les symptômes et consiste en l’application de médicaments inhalés qui inversent le rétrécissement de la bronche et réduisent l’inflammation. L’utilisation de l’immunothérapie avec des vaccins antiallergiques est indiquée dans la plupart des cas, car cette thérapie est la seule qui parvient à réduire l’évolution naturelle de la maladie allergique (voir les procédures thérapeutiques).

Alvéolite allergique

L’alvéolite allergique, aussi appelée pneumonie d’hypersensibilité, est un processus inflammatoire des poumons, affectant la partie terminale des voies respiratoires (alvéoles). Elle peut résulter d’une exposition prolongée à de nombreuses substances différentes, généralement dans le milieu de travail.

Contrairement à l’asthme, il produit des symptômes généraux tels que fièvre et malaise, ainsi qu’un essoufflement et une toux. Les maladies les plus connues au sein de ce groupe sont le  » poumon du fermier  » (causé par des bactéries se développant dans le foin) et le  » poumon du pigeonnier  » (produit par des substances sécrétées par ces oiseaux).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *