Catégories
Allergies

Allergie aux pollens et rhinite allergique

L’arrivée du printemps signifie que de nombreuses particules de pollen sont en suspension dans l’air, ce qui peut provoquer une rhinite allergique chez de nombreuses personnes. Les symptômes sont très gênants et peuvent entraîner d’autres problèmes tels que l’otite moyenne, la sinusite ou les polypes nasaux.

Allergie au pollen, que faire si  on est atteint de pollinose?

L’allergie aux pollens, une allergie saisonnière

allergie-pollensLe côté moins agréable du printemps est le gonflement et les allergies causés par les particules de pollen, qui sont souvent en suspension dans l’air en quantité importante pendant cette période de l’année. La rhinite allergique est une inflammation de la peau qui recouvre l’intérieur des voies nasales et s’accompagne souvent d’autres symptômes tels que des difficultés respiratoires, des mucosités continues, des éternuements et des démangeaisons nasales. Occasionnellement, des larmoiements et des démangeaisons des yeux peuvent également survenir. Ces symptômes peuvent se manifester tous en même temps, ou un seul d’entre eux peut apparaître comme dominant.

Qu’est-ce que le pollen ?

Le pollen est composé de particules microscopiques qui sont libérées par les plantes, les arbres et les herbes et qui, par conséquent, restent dans l’air.

Qu’est-ce que l’allergie aux pollens ?

Les personnes allergiques sont particulièrement sensibles à certains agents externes. L’une des allergies les plus courantes est celle causée par le pollen des graminées. Que pouvons-nous faire si on en souffre ?
La pollinose est l’une des allergies les plus courantes. On estime qu’elle touche 15 % de la population, bien que le pourcentage augmente chez les plus jeunes : 30 % en souffrent. Nous devons donc accorder une attention particulière aux symptômes dont les plus jeunes peuvent souffrir.

Lorsqu’une personne allergique au pollen inhale ces particules, elle peut développer différentes maladies :

  • si le nez est affecté, le patient souffrira de rhinite,
  • si ce sont les yeux qui sont endommagés, il développera une conjonctivite,
  • si ce sont les poumons qui sont atteints, le patient souffrira d’asthme.

La pollinose se produit normalement au printemps et en été, lorsque les plantes émettent plus de pollen, bien que le climat et les conditions météorologiques puissent faire varier la quantité de pollen dans l’air ; ainsi, les jours de pluie, il y a généralement moins de pollen dans l’atmosphère. De plus, la pollution de l’air augmente le risque d’allergie et la pollinose est donc plus fréquente en milieu urbain qu’en milieu rural.

Le diagnostique de l’allergie aux pollens

Un médecin diagnostiquera ce type d’allergie et déterminera quels types de pollen spécifiques produisent les symptômes. En général, il s’agit de recueillir les antécédents médicaux du patient et d’effectuer une étude allergologique et d’autres tests complémentaires, tels qu’une étude des exsudats nasaux ou des tests respiratoires fonctionnels si le patient est asthmatique.

Conseils si vous êtes allergique aux pollens ?

La meilleure solution pour traiter la pollinose est d’éviter l’exposition à l’allergène. Pour ce faire, les personnes concernées doivent être informées des concentrations atmosphériques quotidiennes des pollens auxquels elles sont allergiques.

  1. Soyez informé des comptes de pollen quotidiens.
  2. Essayez de passer du temps à l’intérieur, avec les portes et les fenêtres fermées, aux saisons où les comptes de pollen sont élevés.
  3. Utilisez l’air conditionné.
  4. Lorsque vous voyagez en voiture, faites-le avec les vitres relevées.
  5. Essayez d’éviter les activités extérieures le matin, entre 5h et 10h, lorsque le pollen est normalement libéré. Il est préférable de les faire l’après-midi ou la nuit lorsque les comptes de pollen sont plus faibles.
  6. Prenez les médicaments prescrits et les doses recommandées par le médecin.
  7. Ne suspendez pas les draps ou les vêtements pour les faire sécher à l’extérieur, car le pollen peut s’y accumuler.
  8. Pelez et lavez les fruits et légumes au cas où ils auraient des grains de pollen à la surface.
  9. Essayez de respirer par le nez pour que l’air soit filtré.

Il est à noter que l’origine de la rhinite n’est pas toujours un allergène aéroporté. Dans d’autres cas, elle peut être causée par un aliment. De plus, d’autres conditions qui ne sont pas d’origine allergique peuvent donner lieu à des symptômes très similaires.

Tant que le patient est exposé à l’allergène, le traitement ne peut que soulager les symptômes, et non les éliminer complètement. Si le spécialiste détermine que la source des symptômes est une allergie, un traitement avec des antihistaminiques et des stéroïdes peut être prescrit. Ils sont généralement prescrits dès l’apparition du premier symptôme, pour éviter que le problème ne s’aggrave. En cas de complications, le patient peut souffrir d’autres affections telles que l’otite moyenne, la sinusite ou les polypes nasaux.

Comme méthode de prévention, il est évidemment conseillé de s’exposer le moins possible à l’agent causant l’allergie, bien qu’à certaines périodes de l’année cela devienne inévitable. Il faut rappeler que la vaccination antiallergique peut être utilisée dans certains cas, toujours sur prescription d’un allergologue pédiatrique. De cette façon, le corps s’habitue progressivement à l’allergène et ne provoque pas de réaction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *